Toupimini

Il était une fois dans un village de Toupidec ,un petit Toupidec qui s’appelait Toupimini. Il s’ennuyait dans son village,il voulait aller chez les humains pour leur faire des blagues .  

Un jour, il alla chez Grand-Père Blanc qui était le sage du village pour lui demander

l’ autorisation  d’aller chez les humains. Grand-père blanc refusa un long moment  mais Toupimini insistait aussi  il finit par accepter .

grand père blanc fw

Les Toupidec allaient toujours chez les hommes sous la forme d’un objet ou d’un être humain. Toupimini fut transformé  en cuillère en bois et il fut envoyé dans une famille d’humains.

Au début il se tint correctement et ensuite lors d’un repas il se laissa aller .

Il a mis  de la purée sur la tête du petit garçon et dans les cheveux de   fille.Alors la mère leva le doit et prononça la formule magique « Toupidec transformé en cuillère en bois je t’ai vu je t’ai  reconnu, retourne d’où tu es venu!!

 Toupimini rentra dans son village.Il consulta encore  Grand-père Blanc  car il voulait de nouveau retourner chez les humains .Alors Grand-père Blanc le transforma  cette fois -ci  en bretelles de pantalon et  l’envoya chez  un vieil homme .

la bretelle fw

Le petit korrigan resta  sage toute  l’après-midi! Mais au bout d’un moment  comme il s’ennuyait , Toupimini  retira la bretelle droite.L’homme la remit  mais   la bretelle gauche sauta alors. L’homme la remit tranquillement . Puis soudain, il fit sauter  les deux bretelles qui au passage gifflèrent  le vieux .Alors il prononça la formule magique »Toupidec transformer en bretelles de pantalons je tes vues je tes reconnu retourne d’où  venu. »

Alors il retourna à son village.Il retourna voir grand-père blanc.Mais grand père blanc lui rappella que s’il se faisait repérer une dernière fois  de plus , il serait transformé en feu follet pour l’éternité.

Mais Toupimini voulait tellement y retourner,alors grand-père  Blanc réfléchit longtemps et trouva  une solution : il allait le transformer  en bébé. 

Seule ,  une mère   qui voulaient un enfant accepterait qu’il grandisse en faisant  des bêtises(  comme mettre une bassine d’eau en bas de l’échelle );

A chaque fois qu’il n’obéissait pas , sa mère  prononçait  la formule à moitié,   ne disant  jamais le dernier mot .Comme son fils tremblait de peur  à l’idée d’être transformer en feu follet  pour toujours, il préférait obéir  de suite .

 

Mia – Robin